Pour avancer dans la vie, il nous faut la santé

Mais qu’est-ce que la SANTÉ ?

L

Avant tout, il faut savoir de quelle santé on parle… car il existe de nombreux aspects de la santé : mentale, publique, communautaire,…

(ci-contre : l’étoile de vie, symbole de la santé)

« La santé est un phénomène complexe pouvant se définir comme suit :

Définition de la santé selon l

Loin d’être statique, la santé varie passablement dans le temps, l’espace, d’un individu à l’autre et d’une collectivité à l’autre. Ce phénomène intègre des aspects multidimensionnels (physiologiques, organiques, psychiques et sociaux) influencés par un ensemble de facteurs individuels et collectifs que l’on nomme les déterminants de la santé. »

Le triangle de la santé (physique, mental et social)

Selon le Dr R. Massé, directeur de la Santé Publique de Montréal, « les déterminants de la santé, c’est-à-dire les facteurs individuels et collectifs influençant l’ensemble des conditions de santé et de bien-être de la population, couvrent entre autres les domaines suivants :

  • Contexte global (démographique, économique, social et culturel,…)
  • Milieux de vie (milieu familial, milieu scolaire et de garde, milieu de travail, communauté locale et voisinage,…)
  • Systèmes (aménagement du territoire, système des services sociaux et de santé,…)
  • Caractéristiques individuelles (habitudes de vie et comportements, caractéristiques socioéconomiques,…) »

Que nous apporte cette définition sur le plan individuel ?

Une vision statique et … statistique de la santé versus la maladie.

Mais personnellement cela ne nous implique en rien, ni pour savoir ce qu’est la santé, ni pour savoir ce qu’est la maladie (qui serait une absence de maladie) !

Alors où et quand commence la maladie ?

Il faut attendre les années 1970 pour que l’individu puisse poser les limites de la santé dans la recherche d’un équilibre personnel et actif à travers l’écoute de son corps (fonctionnement biologique et degré de vitalité) et de sa psyché (mental fort et équilibre émotionnel).

Cette conception du « Coresprit » issue du courant naturopathique se développera jusqu’à nos jours dans le domaine du « bien-être » (l’après-révolution de 68) et de la recherche du « mieux-être ».

Cela rejoint la pensée antique d’Hippocrate, le père de la médecine, qui affirmait :  « Prends soin de ta santé et que ton aliment soit ton premier médicament. »

Conception naturopathique de la santé de 1975
Le concept de « Coresprit »

Vers une nouvelle conception de l’individu et de son fonctionnement :

Puis le passage au XXIe siècle permet à la médecine actuelle d’entrer dans une nouvelle conception de l’individu et de son fonctionnement, grâce à l’expérience de la vie dans le monde du cosmos. En effet, l’homme dans l’Espace ne fonctionne plus comme sur Terre, car il n’est plus soumis aux mêmes contraintes (apesanteur, perte des repères spatiaux, modification de l’horloge biologique, champ magnétique, radiations cosmiques, etc.). Les spationautes font 16 fois par jour le tour de la Terre à 400 km au-dessus de nos têtes, soit en 90 minutes, et ils vivent donc 16 jours pendant que nous vivons un lever et un coucher de soleil ! Leur organisme est complètement perturbé, leur corps s’allonge et leurs muscles fondent, leur digestion se modifie, … toute la santé s’en ressent terriblement. C’est pourquoi il faut s’adapter au plus vite. Trois années de préparation sont nécessaires !

Les Russes ont étudié les « invariants de la santé » entre l’homme sur terre et l’homme dans le ciel pour en conclure que ce sont seulement les paramètres biophysiques et énergétiques qui ne changent pas dans l’espace, sinon tout se modifie dans le fonctionnement du corps et de l’esprit humain. Voici une étonnante révélation qui va bouleverser notre vision de la médecine et de… la santé !

Grâce aux découvertes de l’épigénétique et à celles de la conquête spatiale qui fonde la « médecine quantique », on comprend désormais que ce n’est plus la matière (ou la chimie) qui est déterminante, mais les composantes biophysiques : ondulatoires et informationnelles de la matière. De sorte que la définition qui est nous donnée par nos amis russes porte sur une notion d’harmonie des relations d’information pour parvenir à un équilibre des fonctions (l’homéostasie) à tous les niveaux d’action du corps humain, mais aussi de son mental et plus encore de sa dimension intérieure qui nous relie au monde invisible de l’esprit.

Tel est le chemin d’évolution que nous avons individuellement et tous ensembles… à suivre pour le monde de demain.

Conception quantique de la santé, 1999, MEI Moscou
Définition de l
L
Loading...

Lectures pour approfondir le sujet :

Couverture du magazine Cerveau, science & conscience d
Logo de la revue scientifique Hegel